Lettre mensuelle

févier 2022

« À toi Odile,
qui sais très bien que le travail et la peinture sont des mots indissociables !

Affectueusement,
Michel”

Dès mon enfance, Michel m’a transmis sa passion. Plus tard, il m’a accompagnée dans ma vie de peintre avec la délicatesse qui le caractérisait… J’ai un souvenir très précis. Quand j’avais dix ans, peu après la rentrée des classes, la maîtresse nous avait demandé une rédaction sur nos vacances – que nous passions en famille en Normandie. J’ai raconté que j’arrêtais souvent de jouer pour regarder mon oncle, debout devant son chevalet, qui peignait dans la nature. Il prenait le temps de m’expliquer sa démarche, parlait couleurs, lumières… Ma rédaction se terminait sur ces mots : “plus tard je serai peintre.” 

Mon oncle Michel Cirade, qui aimait à se décrire comme peintre amateur (en omettant par modestie l’adjectif “excellent”), a publié vers la fin de sa vie un livre qui offrait un splendide aperçu de sa peinture. Cette dédicace sur l’exemplaire offert en 2018 est devenu mon mantra…

C’est le déclic, le début d’une longue histoire… Un parcours largement autodidacte où travail et peinture deviennent indissociables et s’accordent. Je fais des gammes. Encore et encore et encore. Je suis persuadée que l’on n’invente rien et que l’on n’a jamais fini de chercher !
Ce travail de tous les jours ne prend sens qu’avec le regard de l’autre : le mentor, l’ami, le visiteur… Dans cette lettre, je parle d’une belle entente qui a compté dans ma vie de peintre. D’autres rencontres ont aussi compté.

Aujourd’hui, je peins plus que jamais ! Mon activité artistique me permet de vivre. C’est pour moi une source de satisfaction autant qu’une surprise ! En cette saison, je travaille en mode “pure peinture” plus de vingt heures par semaine, le plus souvent à l’atelier-galerie et parfois chez ma voisine Patricia, peintre elle aussi.
Ces derniers temps, je varie les plaisirs et travaille sur plusieurs études de paysage – dont le Glandasse –, des paysages imaginaires et une série de natures mortes.

Mon travail comprend aussi des temps hors atelier : immersion dans la nature, marche, contemplation, lecture, qi gong, otium*… Sans oublier les visites de musées ou de galeries.
Oui, il faut bien tout cela pour “nourrir l’artiste” !

Allez, on se retrouve le mois prochain et en pleine forme !
Surtout, restez curieux !

Pour découvrir ou redécouvrir mes expositions de 2000 à 2011… je vous propose de faire un petit tour sur mon premier site !

  • Si vous avez 8 minutes, une interview sur France culture de l’historien, sociologue et chercheur à l’EPHE Jean-Miguel Pire sur la notion d’otium, loisir fécond !!?

Eté 2019 – Pour peindre des paysages urbains, je m’inspire des peintures de mon oncle M. Cirade. Photos de 1 à 2, ci dessous.

janvier 2022

Après l’épisode new-yorkais et la fameuse « trêve des confiseurs », la Galerie reprend tranquillement son activité avec plein de petites ou grandes nouveautés …

Premier hiver au 34 rue Camille-Buffardel : je cherche des solutions pour travailler dans de bonnes conditions et maintenir la bonne humeur dans le quotidien de l’atelier-galerie en période hivernale. Pour chauffer l’atelier avec un radiateur à bain d’huile tout en économisant l’énergie, j’ai installé devant la verrière des rideaux isolants thermiques de 3 mètres de haut. Leur couleur s’accorde parfaitement avec les pierres apparentes, c’est très beau… et efficace !

Le programme des cours et stages de peinture du premier trimestre est lancé. Les cours (3 personnes maxi) des jeudis et vendredis après-midi se remplissent. Pour répondre aux nouvelles demandes, je libère deux après-midis supplémentaires. Nouvelle organisation de l’atelier, nouveau planning : je peindrai dorénavant le matin – c’est parfait, j’adore l’énergie matinale !
Les tableaux vendus en 2021 me le confirme : les paysages et notamment ceux du Glandasse rencontrent un vif succès. Je continue donc sur cette lancée avec une nouvelle série, plus colorée, en format panoramique…
Lorsque je commande des fournitures, je suis toujours choquée de la provenance lointaine de certains articles comme les châssis entoilés made in China. Je cherche donc une solution de circuit court : la fabrication de châssis serait assurée par un artisan de Die, puis j’entoilerai et préparerai la toile moi-même. Nouveau challenge !

Parmi les nombreuses personnes rencontrées à la galerie, ma voisine Patricia est peintre. Nos échanges fructueux sur les techniques, les expos, nos démarches, nos coups de cœur… nous ont amené à décider de peindre ensemble. Notre premier atelier a eu lieu chez elle, mardi dernier. Ce fut un bon moment de partage !
Voilà… En ce début d’année, les idées et les projets pétillent !
2022 sera-t-elle l’année où l’on cesse d’imaginer ce qui nous plairait pour faire ce que l’on aime ?Je vous souhaite plein de bonnes choses dont bien sûr, comme le dit si joliment mon petit-fils Loan, « force et bonheur » !

décembre 2021

“Je suis partie à New York et reviens par le prochain train ! Odile “

Voilà ce que disait le mot glissé sous la porte de la galerie le 20 novembre pour prévenir visiteurs et voisins d’une fermeture exceptionnelle.

Dans la dernière lettre, je vous annonçais l’achat du local début novembre. Cet événement fut suivi d’un enthousiasme teinté d’un cocktail d’émotions : joie, doute, peur… En effet, l’engagement concrétisé par cette signature a provoqué le retour en force des éternelles questions : comment gérer l’obligation de production tout en restant sincère dans mon travail ? Comment vendre mes tableaux en pleine crise économique et sanitaire ?

Effet secondaire ? Contrecoup ? Je me suis retrouvée pendant quinze jours en immersion totale sous la couette, H24 avec le variant indien du trop célèbre virus.
“Ce qui ne te tue pas te rend plus fort”! Ce congé, forcé mais bienvenu, m’a convaincue de ralentir le rythme en cette fin d’année – une année tellement remplie qu’elle m’a littéralement épuisée… Première résolution : j’envisageais d’organiser l’inauguration de la galerie le 29 décembre, pendant la “trêve des confiseurs”. Hop, ce sera aux beaux jours !

Mercredi 8 décembre, de retour de New York, c’est avec joie que je retrouve la galerie et la vie du quartier, les voisins, les visiteurs. Atterrissage tout en douceur : les blagues sur mon séjour outre-Atlantique vont bon train !
Je prévois la décoration de la vitrine avec de belles guirlandes et revêts la “gardienne” de sa robe de lumière.
La veille, je recevais à la galerie l’élue à la culture et la manager du centre-ville, qui œuvre à la redynamisation du quartier. Cette visite très sympathique me laisse pleine d’optimisme pour les événements à venir. On a parlé notamment de l’inauguration et l’affaire est entendue : ce sera bien mieux au printemps !

Durant la saison d’hiver, la galerie est ouverte mercredi et samedi et quand je suis à l’atelier. Le programme des ateliers Dessin et peinture du premier trimestre 2022 sera envoyé tout prochainement aux personnes intéressées.

Où que vous soyez, n’hésitez pas à découvrir mes nouvelles toiles sur la page e-cadeaux de mon site.

Je vous souhaite “un bon bout d’an” et d’excellentes fêtes !
Prenez soin de vous…

PS : J’espère que celles et ceux qui avaient répondu à la lettre de novembre me pardonneront mon silence. Je les remercie de leur compréhension.

novembre 2021

Howowo ! Je me souviendrai de ce début novembre 2021 !
Dans l’ordre d’entrée en scène, ce furent les premières neiges sur le Glandasse, la nouvelle lune, la rotation de Die – un phénomène géotechnique rarissime qui a eu lieu dans la nuit du 4 au 5 – et la signature de l’achat de la galerie, le 5… Des journées riches en émotion !

Petit rappel : fin mars 2021, à la recherche d’un nouveau lieu pour mon atelier-galerie, je visite un local (à vendre) au 34 rue Camille-Buffardel. Je propose un contrat de location saisonnière de mi-avril à septembre, soit six mois pour tester le lieu et envisager la possibilité de l’acheter. Avec ma fille Mathilde, fortes des encouragements reçus de toutes parts, nous décidons de monter une SCI et de trouver des financements pour cet achat. Ce fut une affaire rondement menée… Vous l’aurez compris, le rond, c’est la danse, la ronde avec la famille, les amis, proches et moins proches !!!

Devant mes doutes, Mathilde me rassurait : le fait d’avoir dans un premier temps loué ce local me permettait d’évaluer son potentiel, ses ressources (emplacement, agencement, espace). Aujourd’hui je sais que ce lieu est prometteur, que je suis à ma place dans cet atelier-galerie et que les risques sont minimes ! Il est si bon d’aller au bout des choses pour ne pas regretter plus tard de n’avoir pas osé !!!

Après deux semaines de vacances, dans l’atelier je retrouve mes tableaux avec un nouveau regard. La collection hiver s’annonce colorée !
Les ateliers de dessin et de peinture se déroulent maintenant deux après-midi par mois dans une bonne ambiance, studieuse et enthousiaste. Au programme en ce moment ? Des études de natures mortes, déclinées sous différentes approches. Les travaux sont riches, variés, singuliers. Ces échanges me ravissent : travailler, sentir, réfléchir et rire ensemble… L’atelier résonne de ces échos quand j’y travaille en solitaire.

Aujourd’hui, je me réjouis à l’idée de fêter et d’officialiser mon activité artistique dans la ville de Die. En effet, pour diverses raisons, je n’ai pas pu organiser d’événement festif depuis l’ouverture de la galerie en juin 2019. L’inauguration sera donc en cette fin d’année. Après avoir rencontré l’élue à la culture et la nouvelle manager du centre ville pour leurs présenter cet événement, je vous dirai tout…

D’ici là, portez-vous au mieux !

octobre 2021

Début octobre, c’était la dernière ligne droite avant l’achat du local et les rendez-vous se multipliaient : constitution de la SCI, ouverture d’un compte bancaire pour cette nouvelle société, notaires, assurances… Il s’agissait de tout régler afin de pouvoir partir en vacances l’esprit tranquille.

Pour honorer notre rendez-vous mensuel, je vous écris cette petite lettre – ou plutôt cette carte postale – depuis l’Ariège où je me détends à souhait. Une pause aussi attendue que méritée car depuis l’ouverture de la galerie, en juin 2019, je n’ai pas réussi à prendre de congés.

Enfin, je me surprends à ne rien faire, à savourer la paix. Chaque jour, lors de mes promenades, j’admire ce paysage de campagne automnal et singulier, avec la splendeur des Pyrénées en toile de fond. Une ambiance bucolique mais différente du Diois – la chaîne des Pyrénées n’a rien à voir avec le Glandasse !

Du 20 septembre au 17 octobre, j’ai participé à une exposition de peinture collective à l’ancien Monastère de Sainte-Croix avec Renée Dussautoy (huile) et Bruno Robine (dessin et aquarelle). Ces trois propositions sur le thème du paysage diois y sont présentées dans une belle unité. Nous avons eu le plaisir d’accueillir les vingt-deux élèves de la classe unique de Sainte-Croix. Je suis d’ailleurs désolée d’avoir oublié d’annoncer cette exposition dans la lettre de septembre – je devais être bien fatiguée…

La Galerie du 10 rouvrira ses portes le samedi 23 octobre. Pendant les vacances de la Toussaint (du 23 octobre au 7 novembre), les horaires resteront ceux de l’été : mercredi et samedi de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h ; jeudi et vendredi, de 15 à 19 h ; et quand je suis à l’atelier…
À partir du 8 novembre, nous passerons aux horaires d’hiver, c’est à dire mercredi et samedi de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h (et, là aussi, quand je suis à l’atelier).

Je vous souhaite un bel automne, plein de lumières et de couleurs.

septembre 2021

Chaque lundi, c’est bureau : je règle mes petites affaires – factures, commandes, mails, rédaction de documents, suivi de dossiers, appels téléphoniques. Je finis toujours par ma préférence : réfléchir à la lettre mensuelle de la Galerie du 10. Un moment particulier où, devant l’écran, je revisite les moments vécus à la galerie : temps forts, rencontres, échanges, émotions… Voici donc celle de septembre.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

La rentrée est bien là… Rue Camille-Buffardel, les piétons déambulent sans se bousculer. La température permet enfin de laisser ouverte la porte de la Galerie du 10 ! Y entrent les fidèles, les amateurs, les lecteurs assidus de cette lettre mais aussi les passants, les amis, les amis d’amis, les nouveaux arrivants, les curieux…

L’autre jour, une dame m’a demandé timidement comment se portaient les ventes « car vous n’en parlez pas dans votre lettre ! » Quelle belle attention sous cette question touchante ! Je lui répondis dans un grand sourire : « Mais oui ! Ce fut une bonne saison : depuis l’ouverture, le 19 mai dernier, j’ai vendu plein de tableaux – des petits, des grands, des monochromes, des colorés… Comme dans mes rêves les plus fous ! »

Une bonne saison donc, mais surtout une belle reconnaissance qui conforte mon choix d’acheter ce local. Fin octobre, avec ma fille, Mathilde, nous en deviendrons en effet propriétaires. Connaissez-vous les trois règles d’or d’un bon investissement ? « L’emplacement, l’emplacement et l’emplacement. » Blague à part, si, dans le cas précis, l’emplacement est effectivement idéal, cette galerie est géniale et mes tableaux comme moi avons trouvé notre place !

L’aventure de la Galerie du 10 continue !

Dans mon atelier, l’inspiration m’entraîne vers des paysages diois. Je varie les textures, change de format, essaie de nouvelles couleurs. Parfois, je réalise des commandes… Vendredi dernier, je visitais l’expo Cathelin à Mirmande, pas loin d’ici – Cathelin est LE peintre drômois. J’ai remarqué un tableau du Glandasse qu’on aurait juré peint depuis chez moi ! Le lendemain (pure coïncidence), j’étais invitée chez des voisins et dans leur jardin je suis saisie par l’évidence : c’est d’ici que Cathelin a peint son Glandasse. Ces gens adorables acceptent que je vienne peindre chez eux. La perspective de peindre à nouveau en extérieur me réjouit. Voici une gageure sympathique pour cet automne : explorer les variantes de la partition du Glandasse après Cathelin… et moi, qui l’ai tant peint – voir mon site !

L’acquisition du local me permet également de relancer les cours de dessin et peinture, ce que mon statut de locataire -jusqu’à fin septembre- limitait.

Jusqu’au 21 septembre, la Galerie du 10 gardera ses horaires d’été :

Mercredi et samedi : de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h.

Jeudi et vendredi : de 15 à 19 h.

Ensuite, la galerie sera ouverte les mercredis et samedis (même horaires) et quand je suis à l’atelier.

La galerie sera fermée du 7 au 19 octobre inclus. Il est grand temps que je prenne des vacances – un truc oublié depuis l’ouverture de la galerie, en juin 2019…

Au plaisir de vous rencontrer, vous revoir, vous lire !

Que cette rentrée vous soit douce.

A gauche, les falaises du Glandasse peintes par Cathelin.

Août 2021

Bonjour, mes chers «contacts» !

J’espère que vous passez un bel été. Ici à Die, l’été est enfin là !
La galerie reçoit de nombreux visiteurs, attirés par ce lieu dans lequel j’ai mis tant d’espoir – et d’huile de coude… Pari gagné !

Fin juillet, j’ai accroché ma nouvelle collection dans la Galerie du 10 et préparé le festival Arts et Vigne qui se déroulait à Châtillon-en-Diois la première semaine d’août.
J’y étais installée dans une ancienne écurie récemment rénovée – sur la Place des matins calmes… –, un bel espace que je partageais avec Sophie, créatrice de bijoux.
Un cadre pittoresque, une hôte parfaite, des voisins accueillants…
Ma sélection de toiles « spécial festival » (des paysages pour la plupart) s’est parfaitement conjuguée aux bijoux filigranés de Sophie.
Huit jours denses, riches d’échanges autour de l’art, de la peinture, de la vie locale, du patrimoine de ce village médiéval… Huit jours riches aussi de rencontres !

Pendant le festival, ma sœur Brigitte accueillait les visiteurs à la Galerie du 10 sur Die et leur proposait d’aller faire un tour à Châtillon. De mon côté, je parlais de la galerie aux personnes qui appréciaient ma peinture. Une vraie dynamique, dans la joie et la bonne humeur… Distribution de cartes, de flyers, de programmes, recueil de nouvelles adresses mail pour la lettre mensuelle !

Vos retours sur la lettre sont personnels, insolites, rigolos, chaleureux : « je l’attends avec impatience », « je la lis jusqu’au bout», « je la lis pendant la pause café au boulot », « c’est un élan », « c’est du plaisir partagé » « Bravo ! »  « j’ai particulièrement apprécié la lettre où tu remercies » …
L’idée de cette lettre est née en juin 2019, suite au financement participatif lancé pour entreprendre les travaux indispensables à l’ouverture de la Galerie – alors située au 10 de la rue Camille-Buffardel. Par cette lettre, je m’engageais envers les personnes qui avaient eu la gentillesse de m’aider à concrétiser ce projet d’atelier-galerie à les tenir informées de ses avancées. Ce rendez-vous, vite devenu mensuel, s’adresse aujourd’hui à plus de cinq cents personnes… Merci de votre confiance et de votre fidélité !

Ainsi, depuis plus de deux ans, je raconte la vie de la Galerie du 10 et présente les projets autour de mon activité de peintre… J’avoue privilégier cette forme de communication plutôt que d’actualiser pages Facebook et autres comptes Instagram… C’est pour moi la façon la plus agréable de rester en lien, qui plus est avec des personnes intéressées !

En attendant la présentation du programme de la rentrée dans la lettre de septembre, je vous souhaite une belle fin d’été !

Jusqu’au 21 septembre, la Galerie du 10 gardera ses horaires d’été.
Mercredi et samedi : de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h.
Jeudi et vendredi : de 15 à 19 h et quand je suis à l’atelier.

Juillet 2021

J’ai très envie de vous présenter les voisins de l’atelier galerie en citant, pour ce faire, l’office du tourisme du pays diois :
« Le Diois est traditionnellement une terre d’accueil, aujourd’hui c’est un savant mélange de coutumes rurales et d’envie de renouveau, le tout cultivé sur un terreau un brin contestataire et rebelle. Un territoire où il fait bon vivre ensemble grâce à une ouverture d’esprit, un dynamisme, des envies de partage et des initiatives ! Curieux du résultat ? Alors venez à notre rencontre… » en visitant la Galerie du 10 située au 34 de la rue Camille Buffardel. = )

Jusqu’au 31 août, le centre ville est piéton de 10 h 30 à 15 h et de 17 à 23 h.
Alors faisons un petit tour de ces commerces de qualité qui tous, à leur manière, dynamisent notre rue.

Au 51, « Jaja Culture », la nouvelle cave, propose des vins de producteurs bio et de l’épicerie fine.
Juste à côté de la Galerie du 10, « L’Entrepôt » attire le chaland en exposant ses articles d’artisanat d’art sur le trottoir.
En face, un magasin d’électro-ménager et la dernière boucherie de Die, très courue !
Dans leur boutique galerie, au 43, les éditions « The Hoochie Coochie » présentent un large choix de bandes dessinées alternatives et organisent chaque mois une exposition avec vernissage (dessin, gravure, lithos…)
Et la rue continue… Au 35, la librairie « Mosaïque » attire tous les lecteurs de la région. Plus bas, le Musée de Die et du Diois, la boutique « Histoire de fringue »…
Désolée pour les autres commerces, tout aussi sympathiques mais la rue est longue !
Revenons sur nos pas jusqu’au 34 où en vitrine de la galerie trône ma toute dernière installation : un mannequin (gentiment prêté par une boutique voisine) vêtu d’une de mes anciennes blouses : un sarrau noir, épais, couvert de taches de peinture… Le clin d’œil à la peintre dans son atelier, très apprécié !

Vous aurez compris : nous sommes fins prêtes, la galerie et moi !
Je vous invite à découvrir ce nouveau lieu et la collection « Eté 2021 » !
La galerie est ouverte mercredi et samedi de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h –  jeudi et vendredi de 15 à 19h avec deux nocturnes jusqu’à 21 h les vendredis 16 et 23 juillet.

Cette année, je participe à nouveau au festival « Art et Vignes » à Châtillon-en-Diois, du 1er au 8 août, ouvert tous les jours de 10 h 30 à 12 h 30 et de 15 à 19 h. Pendant le festival, c’est ma sœur Brigitte qui aura le plaisir de vous accueillir à la Galerie du 10.

Je vous souhaite un bel été, plein de joies et de découvertes !”

Juin 2021

Comme vous le savez, la Galerie du 10 est récemment installée au 34 de la rue Camille-Buffardel. Avec sa devanture fraîchement repeinte de jaunes “Klimt” et “Delaunay”, elle se ferait presque remarquer ! L’accueil de mes nouveaux voisins est fort sympathique : visites, saluts de la main et sourires des yeux derrière le masque lorsqu’on se croise… L’ouverture a même été annoncée par un article du Journal du Diois !
Qui dit nouvel espace dit nouvel accrochage. Sur un chevalet en vitrine, le tableau du jour annonce la couleur. Derrière lui, l’installation épurée des toiles invite les curieux à pousser la porte et à découvrir ma peinture sous la douce lumière des spots led – ceux de l’ancien local. Un excellent investissement réalisé en avril 2019 grâce à un financement participatif.
Depuis l’ouverture, le 19 mai, j’ai compté plus de cent visites. Plusieurs toiles sont déjà parties vers d’autres murs.
Dans l’arrière boutique transformée en atelier, je prends mes marques, organise l’espace pour favoriser une circulation pratique, gère la lumière, choisis le bon emplacement des plans de travail et la disposition des outils. Après trois mois d’abstinence, je retrouve les toiles inachevées déposées face au mur et je peins avec bonheur !

Le projet d’achat du local se précise. Plus que jamais dans cette aventure je constate que je ne suis pas seule ! Tout près de moi, chaque jour, des personnes proches ou moins proches me soutiennent, me conseillent, m’aident et renforcent ma confiance. Je les en remercie sincèrement, en toute humilité.

Je remercie Jean-Pierre, propriétaire des murs du 10 rue Camille-Buffardel, qui par la mise à disposition de ce premier espace a initié une belle dynamique. J’ai compris qu’un atelier-galerie en centre ville est la formule idéale qui me permet de peindre et de rencontrer des personnes intéressantes, tout en participant à la vie du centre ville.

Je remercie également mes sœurs, mon frère et mes enfants qui m’accompagnent depuis la nuit des temps : conseils financiers ou techniques, conception et réalisation des supports de communication, rédaction de documents divers, coups de main pendant les travaux d’emménagement … un pur mécénat de compétences – complémentaires, en plus !

Ma famille élargie, mes ami.e.s sont aussi très présent·e·s par leurs soutiens, correspondances, visites, achats… merci, merci !!!

Bien épaulée donc, j’ai ces derniers mois couru dans tous les sens, trouvé, loué et arrangé ce nouveau local, rempli des formulaires, contacté des artisans (tous super !), installé l’expo à temps pour l’ouverture le 19 mai, repris les cours, retrouvé mes pinceaux… En revanche je n’ai pas eu le temps de répondre à vos nombreux courriels et j’en suis désolée.

Venez vite voir la nouvelle Galerie du 10  🙂

Horaires actuels :
mercredi et samedi de 10 à 12h30 et de 15 à 19h + sur rdv.
A partir du 21 juin et pour tout l’été :
mercredi et samedi de 10 à 12h30 > de 15 à 19h
jeudi et vendredi de 15 à 19h + sur rdv

En attendant, portez vous au mieux !

mai 2021

En ce mois de mai, la galerie du 10 fait ce qui lui plaît… Transférée au 34 de la rue Camille-Buffardel, elle s’installe tranquillement en attendant l’ouverture de ses portes, prévue le 19.

Le mois d’avril fut dense entre les cartons, le déménagement et l’accrochage des tableaux, sans oublier les démarches administratives (assurances, électricité, contrôle extincteurs, artisans) et le chantier – nettoyage, peinture, aménagement, montage des rampes d’éclairage – rondement mené par une équipe de choc !

Ce nouveau lieu, typique des “boutiques” du centre ville (plain pied et traversant), permet lui aussi une circulation agréable : on entre côté rue dans l’espace galerie et on traverse le petit coin cosy pour atteindre l’atelier, côté cour. Une configuration fluide où chaque espace a trouvé sa fonction et chaque meuble, chaque objet, sa place.

La vitrine, masquée par du papier le temps des travaux, sera dévoilée demain, afin que les passants curieux puissent découvrir les lieux avant l’ouverture.

Voilà, tout est prêt. J’attends avec impatience le 19 mai pour vous accueillir ! Les horaires restent les mêmes : le mercredi et le samedi de 10 à 12 h 30 et de 15 à 19 h et quand je suis à l’atelier.

Nouvelle Galerie du 10, nouvelle façade ! Les murs bleu layette seront bientôt repeints de deux jaunes – Klimt et Delaunay, s’il vous plaît… Une harmonie de couleurs choisie avec l’architecte-conseil des Bâtiments de France – en effet, sa cathédrale classe le centre ville de Die en secteur protégé. La couleur jaune me plaît beaucoup. Si vous avez deux minutes, je vous propose d’écouter ce qu’en dit Michel Pastoureau.

Prochain objectif : devenir propriétaire de cet endroit qui, vous pourrez le constater, a tout pour plaire. Mais avant de rencontrer les différents interlocuteurs (plate-forme d’initiative locale, notaire, comptable, banquier), il faut monter un dossier financier sérieux où il s’agit de mettre en valeur le potentiel de ma petite entreprise. Encore de l’administratif… La peinture mène à tout 😉

Donc, en mai, la galerie ouvrira ses portes aux visiteurs, aux amis, aux amateurs ! Je suis réellement très heureuse de vous revoir bientôt !


avril 2021

Samedi 3 avril, 19 h. L’entrée en vigueur des mesures sanitaires renforcées anticipe la fermeture de la galerie (commerce « non essentiel ») prévue de toutes façons le 30 avril comme vous aviez pu le lire dans la lettre de mars
J’étais donc à la recherche d’un nouvel espace qui serait idéalement :
– situé dans une rue passante du centre ville de Die, avec une vitrine de plain-pied
– doté d’une salle expo, d’un atelier lumineux, d’un espace de rangement
– équipé d’un point d’eau et de toilettes
– pas trop cher à louer.
Eh bien ! Tout va très vite… Mi-mars, j’ai visité un local qui remplit toutes ces conditions – bon, la couleur layette des murs extérieurs laisse un peu à désirer mais tout le reste est impeccable. Je viens de signer le contrat de location.
Parée à virer… cap au 34 rue Camille-Buffardel – la même rue, oui, oui ! Avant fin avril, je déménage mon atelier pour reprendre la peinture le plus tôt possible et j’organise le transfert de la Galerie du 10 pour son ouverture début mai.
Il se trouve que ce nouveau local est à vendre… Après bien des hésitations, des conseils éclairés, des prévisions raisonnables, des calculs effrénés, j’ai décidé de l’acheter – un grand pas… Avec la chargée de mission développement économique de la Communauté Du Diois, je vais monter un projet de financement et le présenter à la plateforme d’initiative de la Vallée de la Drôme pour obtenir un prêt. Dans le même temps, je mettrai mon habit de lumière et je démarcherai les banques, promis.
Vous voyez, les semaines à venir s’annoncent intenses !
Parfois je doute… Le contexte économique n’est pas très engageant, si l’on en croit la lettre ouverte de la Maison des artistes à la Ministre de la Culture (en pièce jointe). Elle décrit très bien la situation actuelle des artistes auteurs « arts visuels ». Pourtant, je reste optimiste : j’aime à penser que si ce chemin s’ouvre à moi aujourd’hui, ce n’est pas par hasard…
Vous avez été nombreux à réagir à l’annonce de la fermeture de la Galerie du 10. Votre soutien, vos courriers, vos visites m’ont fait chaud au cœur. Merci, merci ! Soyez rassurés, l’aventure va continuer… au 34. Comme le nom m’a porté chance, je le garde ! Suite de la saga de la Galerie du 10, donc, dans la prochaine lettre.
Rendez-vous au mois de mai ! D’ici-là, portez-vous au mieux.


mars 2021

Il y a un an, à l’annonce du premier confinement, la Galerie du 10 fermait ses portes et j’installais l’atelier chez moi – à deux kilomètres de Die, au bord de la rivière.
Durant cette période, je me suis lancée dans un travail de recherche sur le thème de l’eau. Souvenez-vous… La Rivière, ce poème magnifique de Khalil Gibran.

Fin mai 2020, réouverture de la Galerie du 10 avec plein de nouveautés : l’exposition Regarde la rivière chante, l’installation de la deuxième salle côté cour, reprise de l’atelier expérimental en lien avec le musée de Die et des stages en extérieur…

…. Et l’eau de la rivière coule.

En mars 2021, retour dans mon atelier « de campagne », chez moi. Mais cette fois-ci, parce que l’aventure de la Galerie du 10 change de cap : la convention de mise à disposition du local actuel expire le 30 avril.
Alors, comme dans la Rivière de Khalil où l’on « ne peut revenir en arrière », je vais suivre le courant… Le 10 de la rue Camille-Buffardel fut une superbe étape mais la croisière continue ! Une chose est sûre : je reste à Die. Je m’y sens à ma place, tout me semble possible.

Dès aujourd’hui, je cherche à louer un local à Die ou alentour qui pourrait accueillir mon activité de peintre – atelier, cours, accueil des visiteurs… Si vous avez une piste, n’hésitez pas !

Jusque fin avril, la Galerie du 10 restera ouverte les mercredis et samedis. Les cours sont maintenus.

Depuis le début de cette aventure, vous m’avez toujours soutenue. Les liens, c’est la vie, la vraie. Alors, bien sûr, je vais maintenir ce rendez-vous mensuel et en avril, vous en saurez plus. À tout bientôt donc pour une nouvelle saison !

Pour info : l’exposition collective prévue à l’Ancien Monastère de Ste-Croix est annulée par décision préfectorale.